T.O.C. | LA FORÊT

création 2020

PROJET ANNULE EN RAISON DE LA CRISE SANITAIRE LIEE AU COVID-19

En 2019, artiste associée au lieu unique, je conçois le premier théâtre d’opération chorégraphique (t.o.c.) : une proposition qui déjoue les formats habituels des accueils de diffusion et d’actions culturelles. Une manière de sortir des contraintes du théâtre lui-même, en proposant un geste artistique aux frontières de la démarche curatoriale, de l’installation, du dispositif de création. Une expérimentation qui se pense tout autant comme un atelier du regard et du sensible pour le spectateur, conviant l’artiste et le public dans le contexte éphémère et singulier de la performance, en y redéfinissant leurs rôles.
Le t.o.c., c'est un kit de création proposé à l’identique pour des artistes d’horizons variés qui sont invités à y éprouver leur démarche : espace scénographié, implantation lumière et son, budget, temporalité. Mais il se pense chaque fois différemment pour le lieu où il se déploie.
Dans l’espace du lieu unique, c’est Le Dance-Park: pensé avec Yves Godin sous la forme d’un plancher courbe en forme de skate-park où se sont succédé, sur 12 semaines 17 équipes artistiques de janvier à avril 2019.
Invitée par Stéphane Malfettes à réitérer l’expérience dans la grande verrière des Subsistances, c’est sur le mode d’un environnement poétique plutôt qu’une sculpture que je l’aborde : ce sera La Forêt.
Non plus un rapport de promiscuité entre artistes et spectateurs réunis dans l'espace confiné, dessiné par une ondulation mais un plan déployé, un volume aux perspectives multiples et complexes. L’endroit de la disparition comme de la révélation. Un environnement qui agit en même temps qu'il se laisse traverser. Une forêt qui s'appréhende tout autant comme espace, concept ou fiction.
J’y convie avec l’équipe des Subsistances des artistes qui ne viennent pas tous du champ chorégraphique et qui ne forment pas une « famille » : leurs manières d’orchestrer l’espace et le temps, à partir des sons, des corps, de la lumière, du mouvement sont très diverses, pour autant tous ces paramètres y sont présents et composent des objets qui relèvent d’une dimension chorégraphique. 
La Forêt se s'ouvrira du 29 mai au 18 juillet 2020, une période traversée par le solstice d’été, et accueillera des danseurs, des musiciens, des plasticiens, des circassiens et la horde joyeuse des Campeurs 2020, issus des grandes écoles d’arts internationales.

Les convives:

25 > 29 mai | Iona Kewney
1 > 5 Juin | Erwan Ha Kyoon Larcher
8 > 12 Juin | Jules Beckmann
14 > 19 Juin |
Erwan Keravec (18/6) // Camping (CND) + Olivia Grandville (19/6)
22 > 27 Juin | Denis Mariotte
29 > 3 Juillet | Marlène Saldana
6 > 10 Juillet | Yasmine Hugonnet
13 > 18 Juillet | Olivia Grandville avec Manuel Vallade & Benoit de Villeneuve

Equipe artistique / production

Conception : Olivia Grandville

Scénographie : Olivia Grandville et Aliénor Durand

Collaborations : Yves Godin, Théo Phelippeau

Production : Les Subsistances, Laboratoire international de pratique et de création artistique ; La Spirale de Caroline

Les théâtres d’opération chorégraphique sont une proposition d’Olivia Grandville ; les invités sont choisis conjointement avec Les Subsistances en cohérence avec le projet artistique et ses formats. La première édition des T.O.C. Le Dance-Park à été initiée au Lieu Unique, centre de culture contemporaine de Nantes, entre janvier et avril 2019

Dates de représentation

  • Du 28 mai au 18 Juillet 2020 - Les Subsistances | Lyon